Etude inédite sur le concept de territoire intelligent

Est-il possible de définir les contours d’un modèle français de territoire intelligent (« smart city ») ? Cette question nous renvoie à la demande formulée fin 2020 par la Direction Générale des Entreprises (DGE) et plusieurs fédérations professionnelles pour l’élaboration d’une grande étude sur les initiatives existantes et la construction d’une vision commune des territoires intelligents.

Publié le 26 octobre 2021, le rapport « De la smart city à la réalité des territoires connectés » est le fruit du travail engagé par le consortium d’entreprises regroupant l’alliance Data Publica et KPMG France.

Le rapport synthétise les 50 entretiens, 17 auditions, 9 ateliers et 1 séminaire qui ont eu lieu entre janvier et juillet 2021. Il formule 53 recommandations, issues d’échanges avec plus de 150 acteurs (collectivités territoriales, entreprises, fédérations professionnelles, etc.) ayant permis de définir de façon pratique et réelle un « territoire intelligent », analyser les cas d’usage existants et définir les contours d’un modèle français.

Selon le rapport, il n’existe pas de modèle français unique de territoire intelligent mais des réalités très différentes. L’étude propose la construction d’une vision qui pourrait être largement partagée afin de fédérer les acteurs publics et privés autour des enjeux liés aux territoires intelligents.

Selon la synthèse du rapport disponible sur le site de la DGE :

« Le modèle français du territoire intelligent est un modèle avant tout politique et démocratique. Il est protecteur, éthique, ouvert et transparent. Il est solidaire et partageur, mutualisé et interopérable. Il recourt aux technologies numériques les plus innovantes avec discernement. Il construit un nouveau modèle de service public hybride qui prévient les nouvelles fractures numériques plutôt qu’il ne les corrige. Il privilégie les solutions locales ou nationales, sobres et souveraines. Sa gouvernance repose sur un apprentissage qui ne cède pas aux injonctions de modèles préétablis. »

A titre d’exemples, la pandémie de la Covid-19 a servi de révélateur à l’existence de nouvelles fractures numériques. C’est pourquoi les projets de territoire intelligent doivent intégrer un volet « inclusion numérique ». La crise sanitaire a également accéléré la prise de conscience de l’enjeu de la cybersécurité en raison de la hausse des usages du numérique. D’où la recommandation du rapport de réaliser systématiquement un audit de cybersécurité avant tout déploiement.

Ce rapport s’inscrit dans la continuité des travaux engagés et publiés en 2017 (« De la smart city au territoire d’intelligence(s) – l’avenir de la smart city ») et 2018 (« Vers un modèle français de villes intelligentes partagées ») sur le thème des territoires intelligents.