La doctrine de lutte informatique d’influence du ministère des Armées

Cette nouvelle doctrine intitulée L2I (Lutte Informatique d’Influence) doit permettre de répondre au développement des pratiques d’influence par les États ou groupes terroristes sur les réseaux sociaux. En effet, le développement du cyberespace s’accompagne d’attaques informationnelles de plus en plus fréquentes et pouvant déstabiliser des opérations militaires. C’est notamment le cas à propos du blocage d’un convoi militaire français au Burkina Faso en raison de la diffusion d’infox sur les réseaux sociaux.

Ci-dessous, « un exemple d’attaque informationnelle sur Facebook contre l’opération Barkhane […] visant à faire croire que des militaires français pillent des ressources au Mali ».

Intox Barkhane

Source : Éléments publics de doctrine militaire de lutte informatique d’influence (L2I)

Les réseaux sociaux sont devenus omniprésents, y compris dans l’environnement des opérations militaires. Les conflits d’aujourd’hui s’inscrivent dans un contexte de compétition féroce entre grandes puissances, et l’information en est devenue un élément essentiel qu’il ne faut pas négliger. Les opérations d’influence peuvent permettre de trouver des soutiens en promouvant le bien-fondé des opérations militaires. La capacité à convaincre et à contrer l’influence adverse peut donc contribuer à la réussite ou à l’échec d’une mission.

La L2I doit permettre de détecter et de contrer les attaques informationnelles envers les armées françaises. Pour cela, elle s’inscrit à la confluence entre cyberdéfense et influence, tout en respectant le droit. Elle vient en complément de la lutte informatique défensive et offensive. De plus, des limites sont fixées à la L2I. Ses actions ne doivent pas concerner le territoire national ni conduire à des opérations de déstabilisation envers des États. 

L’officialisation de cette nouvelle doctrine par la France a conduit la Russie à réagir vivement sur celle-ci. La porte-parole du ministère des Affaires étrangères russe a dit s’inquiéter que la France décide de s’engager « dans la voie de la militarisation des réseaux sociaux ».

Finalement, l’élaboration de la doctrine militaire de lutte informatique d’influence (L2I) démontre que le ministère des Armées a pris conscience de la déstabilisation des opérations militaires par les attaques informationnelles. La France a dorénavant les moyens et un cadre défini pour faire face à ces opérations d’influence.

M1 IE 2021-2022