L’influence de l’armée dans le sport de haut niveau

     L’influence des armées dans le sport de haut niveau s’exprime principalement par le biais de contrats avec des sportifs de haut niveau pour bénéficier de leur notoriété et visibilité. Ce partenariat permet de promouvoir des valeurs communes et d’améliorer l’image des armées auprès de la population afin de donner envie à des jeunes de s’engager. Cela contribue aussi au renforcement du lien Armée-Nation qui est issu d’une longue histoire autour de l’importance de la pratique sportive dans le monde militaire. En effet, l’armée et le sport sont étroitement liés par des valeurs communes (dépassement de soi, solidarité, etc.), mais aussi par l’importance de l’activité physique dans l’entraînement du soldat. Le sport fait partie intégrante de la formation des militaires pour entretenir leur condition physique ainsi que pour renforcer leur goût de l’effort et la cohésion. C’est pourquoi les armées sont souvent très impliquées dans la promotion du sport. De nombreux sportifs de haut niveau célèbres sont, en réalité, sous contrat civil ou militaire avec l’armée comme c’était le cas de Martin Fourcade, quintuple champion olympique de biathlon, ou de celui de Clarisse Agbegnenou, double championne olympique de judo.

     De quelle manière, l’influence de l’armée s’exerce-t-elle dans le milieu du sport de haut niveau ? Tout d’abord, il convient d’étudier les institutions chargées de ces sportifs. Ensuite, d’examiner le rôle de ces ambassadeurs, puis les nouveaux enjeux comme le handicap.

 

L’encadrement du sport de haut niveau par l’armée

     En France, cet encadrement commence après la Seconde Guerre mondiale dans un contexte de promotion de l’amitié par le sport. Les nations réalisent que le sport de compétition peut revêtir un intérêt pour leur image. En 1956, le bataillon de Joinville est créé dans l’ancienne école de Joinville-le-Pont. L’objectif était de garantir une continuité sportive pendant le service militaire des athlètes. En 1967, le bataillon s’installe au sein de l’École interarmées des sports de Fontainebleau. Cette unité militaire accueillait des appelés sportifs dont certains sont célèbres comme Zinedine Zidane ou Yannick Noah. Le bataillon de Joinville est dissous en 2002 en raison de la fin de la conscription.Course de vitesse

     Un accord-cadre est signé en 2003 entre le ministère de la Défense et le ministère des Sports pour promouvoir le développement du sport de haut niveau. En 2004 est créée l’Armée de Champions rassemblant les sportifs de haut niveau et qui comprend, en août 2021, 148 sportifs de haut niveau dont 26 en situation de handicap. De plus, depuis 2014, le bataillon de Joinville est réactivé pour accueillir les sportifs de haut niveau sous contrat avec le ministère des Armées, au sein du Centre national des sports de la Défense (CNSD). Grâce à ces organisations, l’armée participe à l’accompagnement de ces sportifs de haut niveau qui, en retour, promeuvent les valeurs de la Défense.

Le rôle de ces ambassadeurs

     Les sportifs de haut niveau sous contrat avec le ministère des Armées jouent un rôle d’ambassadeur et de modèle pour promouvoir la pratique du sport, que ce soit au sein des armées ou dans la population générale. Ces ambassadeurs participent au rayonnement de la France à l’étranger pendant les compétitions internationales comme les Jeux olympiques ou paralympiques. Le renforcement du lien Armée-Nation et la participation au rayonnement de l’armée dans des compétitions internationales comme les Jeux militaires représentent des objectifs de ce partenariat entre le ministère des Armées et les sportifs. Lors des JO de Tokyo 2021, 54 sportifs sur une délégation de 378 athlètes faisaient partie de l’Armée de Champions, soit 17 de plus que par rapport aux Jeux olympiques de Rio 2016. Parmi ces sportifs, il y avait : Manon Brunet, escrimeuse ; Clarisse Agbegnenou, judokate et porte-drapeau de la délégation française ; Thomas Goyard, planchiste ; ainsi que pleins d’autres athlètes figurant dans le dossier de presse des JO de Tokyo 2021. La plupart de ces athlètes sont rattachés à la Gendarmerie nationale, mais certains sont aussi issus de la Marine nationale, surtout en ce qui concerne les sports nautiques. D’autres représentent l’Armée de Terre ainsi que l’Armée de l’Air et de l’Espace. Le soutien du ministère des Armées permet à ces athlètes de continuer à pratiquer sereinement des sports peu connus qui ne disposent pas de la même médiatisation que le football ou le rugby. Le ministère promeut aussi avec son Armée de Champions le parasport.

Sportifs de haut niveau                                                         Source : Ministère des Armées

Un enjeu d’intégration : le handicap

     Les Armées ont depuis longtemps réfléchi sur l’intégration du handicap dans le sport. En effet, la problématique de la réinsertion des blessés de guerre a toujours été une préoccupation des armées. Le sport est un élément essentiel de la rééducation physique et psychique qui permet de retrouver une certaine autonomie. Certains blessés de guerre se sont reconvertis dans le sport de haut niveau, quand d’autres sont maintenant issus directement du monde civil. En France, le plan « Sport 2025 » a pour objectif la « reconstruction et la réinsertion des militaires blessés par le sport ». De plus, des para-sportifs de haut niveau sont aussi recrutés au sein de l’Armée de Champions pour participer à de grandes compétitions comme les Jeux paralympiques : c’est notamment le cas d’Alexandre Léaute, para-cycliste et champion paralympique. Le ministère des Armées participe à la promotion du parasport et aux valeurs du mouvement paralympique : courage, détermination, inspiration et égalité.

Parasport

Conclusion

     L’influence de l’armée s’exerce surtout par le recrutement de sportifs de haut niveau qui, en leur permettant de pratiquer leur sport dans de bonnes conditions, jouent le rôle d’ambassadeur des valeurs du sport et contribuent à renforcer le lien Armée-Nation. La France accueillant les Jeux olympiques et paralympiques d’été en 2024, le ministère se prépare déjà à recruter des athlètes pour atteindre l’objectif de 170 sportifs en vue de cet évènement. Ces évènements mondiaux permettent de promouvoir la pratique du sport et du parasport pour tous ainsi que ses valeurs d’égalité, fraternité et dépassement de soi.

Bibliographie

DICoD, « JO de Tokyo 2021 : focus sur le sport dans les armées », Ministères des Armées, 04/08/2021.

DICoD, « JO de Tokyo 2021 : record de participation pour l’Armée de Champions », 04/08/2021.

JACQUOT Guillaume, « L’armée au service des sports de haut niveau », Sport Vox, 19 juillet 2018.

PERSICOT Christian, « Armées et sport de haut niveau », Inflexions, 2012/1 (N° 19), p. 117-123

 

 

M1 IE 2021-2022