L’histoire du Master IE


L’histoire de notre département d’intelligence économique (IE) et des parcours de Master en IE est intimement liée à l’histoire de l’IE en France.  C’est à partir des années 1990 que la discipline s’affirme et que les pouvoirs publics commencent à s’en emparer.

Émergence de l’information scientifique et technique

Dans un contexte de guerre froide, à la fin des années 1950, les sciences et le développement étaient considérés comme des enjeux stratégiques. Les pays anglo-saxons furent les premiers à prendre conscience de l’importance de l’information et de sa diffusion aux acteurs stratégiques. La France, quant à elle,  arrive un  peu après et s’y attelle dans un premier temps par le ministère de la Défense. Les différents organes de l’État s’accordent alors sur l’importance du renseignement, de la capitalisation et de la diffusion de l’information scientifique et technique (IST) aux acteurs stratégiques. Il s’agit de favoriser la production scientifique. À la fin des années 1970, l’État crée la Mission interministérielle de l’information scientifique et technique (MIDIST) auprès du Premier ministre. L’objectif de cette mission est de fournir des conseils aux responsables politiques pour l’élaboration de politiques publiques dans le domaine de l’information scientifique. Cela passe par la promotion du partage de l’information, de sa diffusion et la mise à disposition de moyens techniques (systèmes d’information)  aux décideurs politiques.

Cette Mission sera un des premiers actes de la politique publique d’intelligence économique en France.  Elle sera accompagnée de nombreuses autres initiatives, notamment la création de l’Agence Universitaire de l’Information Scientifique et Technique (AUDIST) en 1978 dirigée par les professeurs J.E. Dubois et H. Bestougeff, au ministère des Universités, qui deviendra en 1981 la Direction des Bibliothèques, des Musées et de l’IST (DBMIST).

Toutes ces actions correspondent à une période de réflexion nationale afin d’augmenter le niveau technique de l’action publique, que ça soit par le biais du ministère de la Défense, de celui des Universités devenu ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et du CNRS.

Histoire du Master

L’État décide de démocratiser la discipline et poursuit son action dans plusieurs secteurs, notamment celui de l’enseignement supérieur et la recherche. En 1983, le ministère de l’Éducation inaugure le premier DEA (master de recherche) Information scientifique et technique basé à Paris 7 Jussieu, porté par Daniel Laurent, futur fondateur de l’Université de Marne-la-Vallée et H. Bestougeff.

En 1989, l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée voit le jour, l’idée est d’ouvrir une université tournée vers l’innovation dans des domaines divers (urbanisme, informatique, tourisme, information, immobilier et santé), avec l’importance des services qui amènera la création de l’IFIS et le choix de développer l’apprentissage. Deux ans plus tard (1991), le DEA d’IST sera transféré du campus de Jussieu à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée aujourd’hui l’université Gustave Eiffel.

En 1994 arrive le rapport Martre, rapport fondateur de l’intelligence économique en France, il pose les premiers jalons de l’IE comme politique publique et démocratise ce nouveau terme dans les sphères stratégiques.

La même année, Clément Paoli et Jean Luc Dallemagne rejoindront l’UPEM pour créer, avec l’Amiral Pierre Lacoste qui appartenait à Direction Générale de la Sécurité Extérieure (DGSE) et J.E. Dubois,  2 DESS (master pro), le premier intitulé « information et sécurité » et le deuxième « intelligence économique ». Parallèlement, l’Amiral Pierre Lacoste, avec J.E. Dubois, inaugurera et dirigera le Centre d’études scientifiques de défense (CESD) de l’université de Marne-la-Vallée, qui aura pour objectif d’engager une réflexion sur « La Culture française du renseignement ».

Quelques années après, Serge Chambaud, alors sous-directeur à l’Institut National de la Propriété Industrielle (INPI), rejoindra l’université de Marne-la-Vallée pour prendre la direction du nouveau parcours du département intelligence économique intitulé Patrimoine immatériel. Il dirigera alors ce parcours pendant plus de 10 ans.

En 2002, les DESS deviennent des Masters professionnels.  Le département propose alors 2 parcours de formation en Information et Communication : un Master en intelligence économique et l’autre en patrimoine immatériel et crée un Master 1. Un nouveau parcours ILMS (Influence, Lobbying, Médias sociaux) sera créé quelques années plus tard.

Aujourd’hui, notre Département en information et communication propose, sous la coordination du Professeur Chistian Bourret, 3 parcours de spécialisation après l’année de master 1:

  • Le Master 2 ISART – Intelligence stratégique, analyse des risques et territoires, issu de la fusion du DESS en Intelligence économique et du DESS Information et sécurité, c’est la formation historique du département. Il est dirigé par Patrick Cansell et Renaud Eppstein.
  • Le Master 2 AMDI – Analyse, Management des Données et Innovation,  anciennement « Patrimoine immatériel », qui est aujourd’hui dirigé par Karim Fraoua
  • Le Master 2 ILMS – Influence, Lobbying et Médias sociaux est dirigé par Lucile Desmoulins.
  • L’année de Master 1 Intelligence économique en tronc commun est dirigée par Joumana Boustany.
  • Il compte aussi une Licence professionnelle Communication dans les collectivités territoriales (C. Bourret et J. Piau)