“Complorama” : Antivax et complotisme en temps de Covid

Les réseaux sociaux sont devenus les canaux privilégiés de diffusion d’information. Qu’elles soient vérifiées ou non, le caractère viral de ces plateformes permet aux théories du complot de s’y développer rapidement, comme un virus. Quelles sont les particularités de ces théories et comment arrivent-elles à trouver l’adhésion des internautes ? La nouvelle émission de podcasts “Complorama” tente d’y répondre en nous offrant un décryptage des théories du complot autour de l’actualité. Les théories autour des Etats-Unis avec le départ de Trump, ou autour de la Russie ont, par exemple, déjà été évoquées dans des épisodes précédents. Une émission de FranceInfo où l’on peut écouter l’expertise de Rudy Reichstadt de Conspiracy Watch, et Tristan Mendès France, maître de conférences spécialisé en culture numérique. Focus sur un des tout derniers épisodes parus le 2 avril 2021, et non des moindres : “Vaccin contre le Covid-19 : la flambée « antivax » complotiste en France” On vous résume.

Théories du complot autour de la vaccination, comment deviennent-elles virales ?

On observe depuis le début de la pandémie de la Covid-19, une émergence croissante des théories du complot sur les réseaux sociaux. Une augmentation expliquée au cours du podcast par le climat de doute et d’incertitudes actuel favorisant alors l’avancée du complotisme. C’est par le biais de différents exemples concrets observés lors de la crise sanitaire que Tristan Mendès France et Rudy Reichstadt nous expliquent les caractéristiques typiques d’une théorie du complot et comment elle devient virale. Ils évoquent alors une séquence vidéo connue, où l’on voyait une femme faire un malaise après une injection de vaccin Pfizer. Pour les spécialistes du complot, c’est l’exemple parfait de théorie du complot. A la vue de cette vidéo, les complotistes ont procédé par l’écriture “de réalités alternatives” en « sortant la séquence de son contexte” partage Rudy Reichstadt. Même si cette séquence a été démentie sur les réseaux sociaux, les personnes qui ont été en contact avec la séquence et leur manière de s’informer ne leur permettent pas “d’être confronté aux démentis de la séquence” souligne Tristan Mendès France. C’est alors comme cela que la théorie du complot progresse et se propage de la même manière qu’un virus.

Les anti-vaccins et les théories du complot, des discours divergents 

Les discours de la sphère anti-vaccins et complotistes, qui sont deux sphères bien évidemment différentes rappelle Tristan Mendès France, ne sont pas exactement les mêmes. Les anti-vaccins, qui ne sont pas des complotistes, auront recours aux images complotistes pour appuyer leurs propos. Quant aux complotistes, ils vont adopter un langage similaire aux personnes anti-vaccin pour élargir leur auditoire et ainsi trouver l’adhésion des anti-vaccins à leur sphère complotiste. Un des discours caractéristique noté par les spécialistes au cours du podcast, c’est la volonté des antivax d’installer l’idée que “la vaccination s’inscrit dans un plan génocidaire”, ils veulent en réalité “dénoncer la dictature sanitaire”. L’exemple soulevé dans le podcast c’est une des théories portées par les anti-vaccins. Ils affirment que la vaccination va favoriser l’apparition des variants et empirer la situation sanitaire. Ainsi, les personnes vaccinées seraient en fait des acteurs de la pandémie, et alors ces personnes-là culpabilisent. Pour Antoine Bristielle, chercheur en Sciences Sociales,  les principaux arguments de la sphère antivax se reposent autour de deux points : conséquences sanitaires d’un vaccin et sur l’industrie pharmaceutique et les enjeux économiques d’une telle campagne de vaccination. 

Les vaccino-sceptiques, la cible première des “antivax” 

Tristan Mendès France et Rudy Reichstadt, tout en s’appuyant sur des sondages récents, nous expliquent qu’actuellement, 50 % des Français sont en demande d’informations sur les vaccins contre la Covid 19. Les vaccino-sceptiques, dans l’indécision et le doute, vont être des personnes très réceptives aux messages publiés par les anti-vaccins. Ces derniers vont donc chercher à conquérir les sceptiques. Pour cela, les anti-vaccins vont fournir une réponse complotiste sur le sujet du vaccin, “ils offrent des certitudes là où il n’y a que des incertitudes” conclut Tristan Mendès France. Les deux spécialistes notent que la particularité dans cette crise sanitaire du Covid, c’est que les anti-vaccins s’aventurent dans les groupes spécialisés dans le bien-être pour les convaincre. Ils vont en effet, aller chercher un auditoire là où les pro-vaccination ne s’aventurent pas. Tristan Mendès France et Rudy Reichstadt soulignent que des solutions sont mises en place pour lutter contre la viralité des théories du complot. Facebook a par exemple, mis en place une modération plus avancée sur ce type de messages. Le réseau social estime avoir supprimé 12 millions de publications à caractère complotistes au sujet du vaccin contre le Covid 19.

Cette émission de podcasts arrive dans une période de grande lutte contre les fausses informations sur les réseaux sociaux. Les géants du Web ne cessent de mettre en place de nouveaux moyens pour assurer la véracité des informations. Alors, à notre tour de se sensibiliser sur ce sujet et cette émission nous donne cette possibilité ! Elle nous permet d’en apprendre plus sur les processus d’influence des différentes sphères complotistes, et ainsi, nous apprenons à déceler le vrai du faux lorsque l’on navigue sur les réseaux sociaux. Alors, n’hésitez pas à l’écouter le temps d’une pause !